À LA UNEpolitique

Des centaines de personnes assistent à des manifestations anti-austérité à Tunis

Des centaines de Tunisiens ont manifesté pacifiquement contre les mesures d’austérité du gouvernement dans la capitale après près d’une semaine de manifestations parfois violentes dimanche, le septième anniversaire de l’éviction de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali.

Les manifestations ont éclaté lundi dernier dans plusieurs villes de la Tunisie, provoquées par des hausses de taxes et de prix imposées le 1er janvier alors que le gouvernement cherche à réduire un déficit budgétaire pour parvenir à un accord avec ses donateurs internationaux.

Près de 800 personnes ont été arrêtées pour actes de vandalisme et actes de violence, y compris des cocktails Molotov dans les commissariats de police, selon le ministère de l’Intérieur.
Le gouvernement a promis samedi une aide supplémentaire aux familles pauvres et aux nécessiteux en réponse aux manifestations, mais les manifestants sont descendus dans la rue, brandissant des banderoles avec des slogans contre la hausse des prix et de nouvelles taxes.

Un rassemblement a eu lieu devant le siège de l’Union syndicale (UGTT) et plusieurs autres manifestations ont eu lieu le long de l’avenue centrale Habib Bourguiba, à laquelle des centaines de policiers anti-émeutes ont été déployés.
« C’est ce que le gouvernement nous a fait », a déclaré un manifestant nommé Fouad. « Les poches sont vides par des décisions injustes du gouvernement … Je suis professeur et ma femme est enseignante, mais nous souffrons aujourd’hui pour répondre à nos besoins. »

« Nous avons seulement gagné la liberté d’expression après la révolution de 2011 … mais nous resterons dans la rue jusqu’à ce que nous gagnions nos droits économiques tout comme nous avons notre liberté », at-il ajouté.
La police cherche à séparer les partisans du parti Front populaire d’opposition et le parti extrémiste Ennahda, qui fait partie de la coalition au pouvoir. Le gouvernement et Ennahda accusent le PF d’être à l’origine de certaines violences la semaine dernière.

 

Les prix ont augmenté pour le carburant et certains biens de consommation, tandis que les taxes sur les voitures, les appels téléphoniques, Internet, l’hébergement à l’hôtel et d’autres articles ont également augmenté.
La Tunisie a été saluée comme le seul succès démocratique du printemps arabe: le seul pays arabe à renverser un dirigeant de longue date lors des soulèvements de cette année sans déclencher de violence généralisée ou de guerre civile.

Mais la Tunisie a eu neuf gouvernements depuis le renversement de Ben Ali, dont aucun n’a été capable de résoudre des problèmes économiques profondément enracinés. L’économie s’est détériorée depuis qu’un secteur touristique vital a été presque anéanti par une vague d’attaques militantes meurtrières en 2015, et qu’il n’a pas encore récupéré malgré une amélioration de la sécurité.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close