politique

Manifestations en Tunisie: Ennahdha dénonce l’instrumentalisation par « des parties de Gauche »

Le mouvement tunisien Ennahdha a affirmé mardi, que « certaines parties politiques anarchiques de gauche » profitent des revendications des citoyens pour inciter au chaos, aux actes de vandalisme, au sabotage et au pillage, et ce en référence au Front Populaire.

Ennahdha (membre de la coalition au pouvoir et plus grand bloc parlementaire avec 68 députés / 217) a appelé le gouvernement tunisien à écouter les préoccupations des citoyens et à répondre à leurs revendications.

 

Le communiqué a également appelé le « gouvernement à être plus à l’écoute quant aux préoccupations des citoyens, à répondre à leurs revendications légales, ainsi qu’à accorder plus d’appui et d’intérêt aux régions intérieures (mettre en œuvre le droit constitutionnel aux régions internes pour bénéficier d’une discrimination positive) ».

Les revendications économiques et sociales des protestataires ainsi que leur droit à la manifestation et aux protestations pacifiques sont, selon Ennahdha, « légales ». Cependant, le mouvement a exigé « ne pas porter atteinte à l’inviolabilité des personnes ou recourir aux actes de vandalisme ».

Le mouvement Ennahdha a par ailleurs dénoncé les actes délibérés de pillage et de sabotage des institutions de l’Etat, de ses organes ainsi que des propriétés publiques et privées.

Le communiqué a, en outre, appelé « les manifestants au calme, à faire prévaloir l’intérêt du pays, et à appuyer les efforts des services de sécurité et de l’armée nationaux, en vue d’instaurer la paix et la stabilité dans l’ensemble de la Tunisie ».

Au cours des deux derniers jours, des appels ont été lancés via les réseaux sociaux dans le but de manifester à Tunis et dans plusieurs régions du pays « en signe de protestation contre la hausse des prix, introduite par la nouvelle loi de finances de 2018, et pour réclamer le développement des régions défavorisées de l’intérieur ».

Le ministère de l’Intérieur a par ailleurs nié qu’un véhicule de sécurité ait heurté un manifestant dans la ville de Tebourba, dans l’ouest de la capitale,Tunis.

Le Front Populaire (15 députés / 217) a annoncé mardi son soutien et son implication dans les protestations sociales qui ont éclaté en Tunisie cette semaine.

« Les protestations sont légales et le Front les soutient et y est explicitement impliqué », a déclaré Hamma Hammami, porte-parole du Front populaire lors d’une conférence de presse tenue, mardi, dans la capitale tunisienne.

Plus tôt dans la journée du mardi, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Khalifa Chibani, a déclaré que « les événements qui ont eu lieu en Tunisie, lundi, portent une dimension criminelle qui n’a rien à voir avec la démocratie et les revendications sociales ».

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close