À LA UNEpolitique

Macron à Alger : « L’intervention occidentale en Libye a été une erreur »

En visite de travail et d’amitié d’une journée à Alger , le président français,Emmanuel Macron, s’est entretenu mercredi avec son homologue algérien Abdelaziz Bouteflika, à la résidence d’Etat de Zeralda (Banlieue Ouest d’Alger).

Sur le contenu de cette rencontre, le président français a dévoilé lors d’une conférence de presse, mercredi soir, qu’il a été question de la coopération sécuritaire, et des thématiques relatives à la mémoire, au partenariat économique, scientifique, culturel et à la circulation des personnes.

Concernant la situation sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne, (qui avait d’ailleurs été au centre de sa tournée africaine de la semaine dernière), le président français dit s’attendre à une intensification de la coopération sécuritaire opérationnelle avec l’Algérie.

 

Evoquant la situation en Libye, le président français a indiqué qu’il a réaffirmé avec le président Bouteflika, « la volonté de la France d’obtenir une Libye stable, dans un cadre politique stable construit par les Libyens », notant que « c’est tout le sens de la mission de Ghassan Salamé (envoyé spécial des Nations Unis pour la Libye) ».

Dans un entretien accordé plus tôt dans la journée au site Tout Sur l’Algérie TSA, Macron a reconnu que « l’intervention occidentale en Libye a été une erreur » .

Texte de loi relatif à la restitution des cranes des Moudjahidines

Sur la question mémorielle tant attendue, le président français a annoncé la préparation d’un texte de loi relatif à la restitution des crânes des « moudjahidines » algériens (anciens combattants), de 1850, conservés au Musée de l’histoire à Paris.

Macron avait, dans ce même propos, déclaré à TSA qu’il assume pleinement ses propos de février dernier (alors qu’il était candidat à la Présidentielle), qualifiant le colonialisme de « Crime contre l’humanité ».

« Il y a eu en effet ce crime contre l’humain qui a été fait. Toutes les histoires et les mémoires de nos pays sont faits de violences et d’humiliations, qu’il faut condamner et que j’ai reconnues. », a-t- il argumenté. Et d’ajouter, « Il n y’ a pas chez moi de repentance. Il y a un espace de reconnaissance mutuelle qui n’est ni le déni ni la repentance ».

Le président français a également invité l’Algérie « à faire un geste » à l’endroit des Français nés en Algérie et des Harkis qui souhaitent y revenir. « Je souhaite que le dialogue puisse se poursuivre pour que des gestes réciproques soient faits pour revenir sur ce passé . J’ai pris la décision de procéder à la restitution des crânes et le texte de loi sera acté « , a-t-il déclaré.

Fond franco-algérien d’investissement

Evoquant la coopération économique, Emmanuel Macron a annoncé la création d’un fond franco algérien d’investissement, dédié à l’accompagnement des investisseurs des deux rives, et surtout à l’apport de plus de souplesse par rapport aux règles d’investissement algériennes en vigueur.

Il a appelé, à ce propos, à l’Implication des investisseurs, au développement de formations communes, et à la création d’une école de formation dans le domaine du numérique ( l’école 42 : ensemble d’établissements privés d’autoformation en informatique ), qui formera entre 5000 et 1000 personnes / ans).

Le président français a également promis l’établissement de mesures facilitant la circulation des personnes, notamment celles concernant la délivrance des visas.

Cette visite d’Emmanuel Macron à Alger, intervient à la veille de la tenue de la réunion du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), prévue jeudi 07 décembre à Paris, sous la coprésidence des deux Premiers ministres.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close