À LA UNEpolitique

Le pape François demande pardon aux Rohingyas pour le silence mondial face à leur souffrance

Le pape François a demandé vendredi, depuis la capitale bangladaise Dacca, pardon aux musulmans Rohingyas pour le silence du monde face à leurs souffrances.

Le Souverain Pontife a été largement critiqué après sa visite de trois jours au Myanmar durant laquelle il a évité de mentionner explicitement la minorité Rohingyas de l’Etat d’Arakan, sujette depuis des mois à des exactions sans précédent perpétrées par l’armée birmane et les milices extrémistes bouddhistes.

Lors d’une réunion émouvante avec les réfugiés musulmans Rohingyas vendredi, dans la capitale bangladaise Dacca, le pape a reçu un groupe d’entre eux et écouté leurs histoires, exprimant sa compassion et sa solidarité avec leur cause.

La semaine dernière, Charles Maung Bo, archevêque de Rangoun au Myanmar avait déconseillé au pape de prononcer le mot Rohingyas de peur de « froisser les sensibilités de l’armée, du gouvernement et du peuple du Myanmar qui ne l’acceptent pas ».

Durant sa visite de trois jours au Myanmar, le pape s’est conformé à ce conseil suscitant une grande déception auprès des Rohingyas et de tous ceux qui défendent leur cause.

Depuis le 25 août, l’armée du Myanmar et les milices bouddhistes commettent des actes violents et des génocides contre les musulmans Rohingyas dans l’Etat d’Arakan, faisant des milliers de morts, selon des sources et des rapports locaux et internationaux concordants.

Le 10 novembre, l’OIM avait annoncé que le nombre de réfugiés Rohingyas dans les camps du Bangladesh a franchi la barre des 826 mille.

Le gouvernement du Myanmar considère les musulmans Rohingyas comme étant des « migrants illégaux » du Bangladesh, tandis que les Nations Unies les classent comme la « minorité la plus persécutée du monde ».

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close