À LA UNEpolitique

Élections européennes: Entretiens de Macron avec des politiques français

Le président français Emmanuel Macron a entamé, lundi, une série d’entretiens avec les chefs de files des différents partis politiques français représentés au parlement ainsi qu’avec les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, a fait savoir un communiqué de l’Elysée.

Lors de ces entretiens, Macron a évoqué le mode de scrutin aux prochaines élections européennes de 2019.

«Il souhaite les consulter sur l’organisation du scrutin des prochaines élections européennes, ainsi que sur la tenue des conventions démocratiques qui seront lancées l’année prochaine dans toute l’Europe pour associer les citoyens européens à la refondation de l’Union», précise le site de la présidence française.

 

«Ainsi, plusieurs personnalités sont passés, lundi, un à un, dans le bureau du chef de l’État, à raison d’une heure chacun: Gérard Larcher (Sénat), Bernard Accoyer (Les Républicains), Rachid Temal (Parti socialiste), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Jean-Christophe Lagarde (UDI), Christophe Castaner (La République en marche), David Cormand (Europe Écologie-Les Verts), Sylvia Pinel (Parti radical de gauche) et François de Rugy (Assembée nationale)», précise, de son côté, le quotidien Le Figaro.

Ces consultations se poursuivent durant la journée du mardi. Ainsi, iront à la rencontre du chef de l’État français «François Bayrou (MoDem), Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise), Marine Le Pen (Front national), Pierre Laurent (Parti communiste français) et Laurent Hénart (Parti radical valoisien) », ajoute le journal.

A l’occasion de ses différentes rencontres, Emmanuel Macron, comme l’avait-il d’ailleurs annoncé lors de son discours sur l’Europe en septembre dernier à la Sorbonne, vise à utiliser le départ des britanniques via le Brexit, afin de permettre la création de nouvelles listes électorales.

En effet, «Dans son esprit, chaque citoyen européen aurait alors deux bulletins de vote: un pour désigner les eurodéputés de son pays -chaque Etat choisissant son mode de scrutin- et un autre pour désigner des eurodéputés élus sur une liste transnationale», rapporte le Huffington Post.

Ainsi, envisagerait-il le passage des «listes interrégionales» instaurées en 2004, aux «listes nationales».

Bien que non explicité par la présidence, les différents entretiens pourraient également déboucher sur la réforme des institutions que le président français veut adopter durant son quinquennat, favorisant une révision constitutionnelle, afin d’y «introduire notamment la réduction du nombre de parlementaires et une dose de proportionnelle à l’Assemblée nationale», conclut le Figaro.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Close
Close