À LA UNEpolitique

L’Allemagne va vendre 3 sous-marins à Israël

Le gouvernement allemand a décidé, lundi, de vendre 3 sous-marins à Israël.

Le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, a déclaré, lors d’une conférence de presse tenue à Berlin, que «le gouvernement a décidé, en raison de ses obligations historiques, de fournir de l’aide financière à la convention relative à la protection de l’existence d’Israël ».

«Il a été décidé de signer un accord relatif à la vente de 3 sous-marins à la Marine israélienne », a-t-il ajouté.

Seibert a souligné que les trois nouveaux sous-marins remplaceront, à partir de 2027, trois sous-marins précédemment vendus à Israël.

 

Dans le même contexte, des médias allemands avaient rapporté que le gouvernement a décidé de réduire de 1.5 milliard d’euros la valeur de l’accord «en raison de la responsabilité particulière qui est la sienne en ce qui concerne la défense d’Israël».

Il est à noter que le gouvernement allemand avait gelé la convention pendant plusieurs mois, en raison d’allégations de corruption qui y sont liées.

Un reportage du magazine allemand « Der Spiegel », publié vendredi dernier, a dévoilé les détails de la convention signée entre Berlin et le gouvernement israélien, jeudi dernier, prévoyant la poursuite de l’exécution de la convention, à condition que le Ministère Public israélien la déclare neutre de toute suspicion de corruption, dans le cadre de l’affaire connue en Israël sous le nom du «Dossier 3000 ».

En février dernier, le Procureur général israélien, Avichai Mandelblit, avait ouvert une enquête judiciaire dans le cadre de cette affaire, en se référant aux informations collectées par la police et indiquant une potentielle corruption dans l’offre d’achat desdits sous-marins, et le besoin ou non d’en acheter.

Il s’est avéré par la suite, que l’avocat du Premier ministre israélien Netanyahu, David Shimron, est le représentant local de l’entreprise de fabrication navale allemande ThyssenKryupp, chargé de la construction des sous-marins, et qu’il y a des suspicions de corruption incluant l’ancien ministre de la Défense, Moshe Ya’alon, dans l’affaire.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close