À LA UNEpolitique

France: La pénurie de beurre «ne va pas durer»

Le ministre de l’agriculture français Stéphane Travert a assuré mardi, que la pénurie de beurre, ayant démarré il y a quelques jours en France, « ne va pas durer », ont rapporté les médias locaux.

« Nous avons affaire à deux facteurs, s’est justifié Stéphane Travert, invité sur Sud Radio mardi, une baisse de la lactation des vaches et une baisse de la collecte sur la période de
l’été, conjuguée à une demande très forte des pays étrangers qui a fait monter les prix ».

En effet, le ministre de l’agriculture avait reconnu, toujours dans les colonnes de Sud Radio, que le marché français se trouve en « déficit de fourniture (…) de beurre ».

« Nous allons revenir sur une collecte plus importante, donc je pense que les choses vont revenir progressivement dans l’ordre », a rassuré toutefois Stéphane Travert.

« Nous avons une production laitière très importante qui va remonter puisque nous entrons dans la période automnale et hivernale » a-t-il poursuivi.

Pour remédier à cette pénurie, le ministre français a expliqué qu’il était nécessaire de « saisir le médiateur des relations commerciales » afin que « les distributeurs et les
transformateurs s’entendent », poursuit le même média.

 

Enfin, « il y a urgence » a reconnu le ministre tout en refusant, toutefois, de donner une date pour un retour à la normale, rapporte le quotidien français Le Monde.

« La hausse de la demande dans les pays développés comme dans les pays en développement est la principale cause de cette pénurie » ajoute le quotidien.

« Face à cette explosion de la demande, la production laitière a baissé en Nouvelle-Zélande, plus gros exportateur mondial de lait, ainsi qu’en Europe, où la fin des quotas laitiers il y a deux ans avait provoqué une surproduction et donc une chute des cours poussant les éleveurs à réduire leurs tonnages » justifie la même source.

Enfin, « en conséquences les prix ont explosés : payé 2 500 euros la tonne en avril 2016, les cours du beurre ont atteint 7 000 euros la tonne l’été dernier » a conclu le journal.

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close