Allô Houston, avons-nous un problème ? Un astéroïde d’un kilomètre de diamètre est supposé frôler notre chère et tendre planète Terre. Le rendez-vous est pris pour le 19 avril. Cet astéroïde nommé « 2014 JO25 », découvert par le spécialiste de l’espace britannique Ron Baalke est considéré comme « potentiellement dangereux » par la Nasa.

Après celui-ci, aucun astéroïde aussi massif ne devrait frôler la Terre au cours de la prochaine décennie. Pour rappel, un astéroïde est considéré comme très dangereux, en cas de collision avec la Terre, lorsqu’il mesure 140 mètres de diamètre.

Une collision avec la Terre tous les 10 000 ans

Un astéroïde est une planète mineure composée de roches, de métaux et de glace, dont les dimensions varient de l’ordre du mètre à plusieurs centaines de kilomètres. (Photo : P.Carill/ESA)

Pourtant « 2014 JO25 » ne devrait pas causer de dégâts lors de son passage. Car même si selon la NASA, son passage sera le frôlement le plus proche que la Terre ait eu avec un astéroïde de cette taille au cours de la dernière décennie, le gros caillou ne devrait pas approcher la planète bleue à plus de deux millions de kilomètres.

Vous l’aurez compris, frôler est un grand mot. Patrick Michel, responsable des théories et observations en planétologie à l’Observatoire de la Côte d’Azur, se voulait déjà rassurant en septembre lors du passage d’autres astéroïdes. « La Terre est sujette à entrer en contact avec ce genre d’astéroïdes seulement tous les 10 000 ans. Il arrive très souvent qu’un astéroïde passe près de la Terre. Il n’y a rien d’effrayant dans ce type de phénomène. »

Persuadé que cela se produira tout de même un jour ou l’autre, le spécialiste des astres célestes tente dès maintenant de trouver un moyen de contourner le problème. « Nous travaillons sur des procédés qui permettraient, à l’avenir, de dévier les astéroïdes de leur trajectoire dans l’espace. » Une très bonne idée, histoire qu’on ne termine pas tous comme les dinosaures.