Le Pentagone nie la responsabilité de la Coalition dans la frappe contre une mosquée d’Alep

Le porte-parole du Pentagone, Jeff Davis, a nié vendredi la responsabilité des forces de la Coalition internationale dans la frappe contre une mosquée au Rif d’Alep, en Syrie.

Au moins 58 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées, jeudi, dans un raid aérien contre une mosquée à al-Jina, village relevant de la ville d’Atarib, dans le Rif occidental d’Alep.

Lors d’une conférence de presse tenue vendredi, Davis a reconnu que l’aviation de la Coalition avait mené un raid dans la région précitée, précisant toutefois que «l’objectif était de viser un bâtiment proche de la mosquée où se réunissaient des membres d’Al-Qaïda».

Et d’ajouter : «Le bâtiment a été bombardé par deux avions, un télécommandé et un avec pilote. Les deux appareils ont atteint leur cible sans causer de dégâts à la mosquée».

Le porte-parole a affirmé que plusieurs terroristes ont été tués dans le raid, mais que leur nombre n’a pas été encore déterminé.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*