Internet mobile : 10 gigabits par seconde de débit, qui dit mieux ?

Pour l’instant, la 5G, on en parle beaucoup mais on est encore très loin de la voir tourner sur nos terminaux. Le secteur des Télécoms en est encore à faire des expérimentations partout dans le monde et à définir les normes qui devront être appliquées pour la délivrer. Au mieux, nous aurons la chance de voir ce que cela vaut à l’occasion des jeux Olympiques d’hiver 2018, à PeyongChang en Corée du Sud ou durant l’été 2020 à Tokyo au japon ! Deux pays qui souhaitent mettre en valeur leur savoir-faire pendant ces événements de portée mondiale.

La 5G cela promet du très lourd en voyant ce genre de débit

Au milieu de tout cela, la France est en embuscade et Orange en partenariat avec Ericsson (le fournisseur d’infrastructures télécoms suédois), vient de dévoiler le résultat d’un test effectué en laboratoire en combinant plusieurs techniques, qui devrait faire pâlir tous les spécialistes de l’internet mobile. Les deux entreprise sont parvenues à enregistrer un débit de 10 gigabits par seconde (Gbit/s), ce qui laisse très loin derrière la 4G+ avec ses 200-300 mégabits par seconde !

Franck Bouettard, le PDG d’Ericsson France, a déclaré non sans fierté : « Nous démontrons, pour la première fois en France, les possibilités offertes par la 5G, ouvrant la voie à de nouveaux usages pour la société en réseau ».

Des propos sur lesquels Alain Maloberti, le responsable d’Orange Labs Networks a rebondi, en affirmant : « L’augmentation significative des débits, y compris en mobilité, est une des promesses de la 5G. Ces débits toujours plus importants seront nécessaires avec les nouveaux usages tels que la réalité virtuelle, la réalité augmentée, ou les besoins du monde professionnel. Grâce à notre partenariat 5G avec Ericsson, nous préparons le futur du réseau ».

Avec un tel débit en laboratoire, la 5G qui devrait devenir une réalité commerciale aux alentours de 2020 sera attendue très impatiemment par tous les consommateurs et les professionnels. D’autant qu’elle devrait aussi permettre la démocratisation des objets connectés.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*