Paris rend hommage aux victimes des attentats de janvier 2015

La ville de Paris rend hommage ce jeudi aux victimes des attentats de janvier 2015 qui ont ciblé le journal Charlie Hebdo, des policiers et des clients d’une épicerie cacher à Paris.

Anne Hidalgo, maire de Paris, s’est rendue au siège du journal satirique situé dans le 11ème arrondissement de la capitale, pour déposer une gerbe de fleurs avec le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux. L’équipe de la rédaction, dont le rédacteur en chef Riss, a également participé à la commémoration placée sous haute surveillance.

Hidalgo et Le Roux ont, par ailleurs, rendu hommage à Ahmed Merabet, policier tué le 7 janvier 2015 par les frères Kouachi, auteurs de l’attentat de Charlie Hebdo.

Une commémoration est prévue le 9 janvier pour l’attentat qui a visé Hyper Cacher, l’épicerie juive dans le sud-est de Paris. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) installera une tente pour « un recueillement solennel » avec bougies et livre d’hommages de 19h30 à 22h.

Charlie Hebdo a publié de son côté un numéro spécial consacré au deuxième anniversaire de l’attaque ayant décimé sa rédaction. La « Une » du journal satirique illustre un terroriste regarder dans un canon de fusil avec le slogan « 2017 Enfin le bout du tunnel ».

Dans son éditorial, Riss s’est interrogé sur la place de l’attentat de Charlie Hebdo au vu de nombreuses attaques qui ont frappé la France et l’Europe depuis janvier 2015.

« Deux ans après, comment parler du 7 janvier 2015 ? Ou plutôt, comment parler ‘encore’ du 7 janvier ? (…) Le mettre à part pour en comprendre la spécificité laisserait la désagréable impression de lui réserver un traitement de faveur. Pour éviter cet écueil impardonnable, le 7 janvier s’est docilement laissé ranger sur les étagères des souvenirs pénibles », a-t-il écrit.

« Curieusement, on a l’impression que les gens sont devenus encore plus intolérants à l’égard de Charlie », constate encore le rédacteur en chef.

Le journal satirique avait déclenché une vague de réactions en 2016 à la suite de ses dessins humiliant les victimes du séisme en Italie et celles du crash de l’avion russe décembre dernier. Les dessins sur le crash avaient été qualifiés d' »excréments » par le major-général Igor Konashenkov, porte-parole du ministère de la Défense russe tandis que la vice-présidente de la Douma Irina Yarovaya avait dénoncé « l’extrémisme » du journal.

Ayant reçu un fort soutien public et financier au lendemain des attentats, avec un tirage porté à plus d’un million et une collecte de dons estimée à plus de 4 millions d’euros, Charlie Hebdo continue à bénéficier de l’intérêt du grand public, pourtant amoindri depuis janvier 2015. Le journal satirique qui avait compté 260 000 nouveaux abonnés en 2015 n’en retient que 50 000 aujourd’hui tandis qu’il se vend en 50 000 exemplaires dans les kiosques.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*