sciences

Décalage horaire : pourquoi nous récupérons moins bien d’un vol vers l’est

Vos valises sont prêtes et vous partez à l’autre bout du monde ? Mais combien de jours vous faudra-t-il pour vous remettre du décalage horaire ? Tout dépend du nombre de fuseaux horaires traversés, mais aussi de la direction – est ou ouest – dans laquelle a lieu le voyage. La faute à des cellules du cerveau au rythme particulier. C’est un des résultats d’une étude de l’université du Maryland parue dans le journal Chaos.

Le rythme circadien est un cycle d’un jour sur lequel se calent différentes activités biologiques comme l’alternance veille-sommeil. Le rythme circadien dépend de cellules situées dans l’hypothalamus, dans les noyaux suprachiasmatiques. Ces cellules, au nombre d’environ 10.000, présentent un rythme d’activité quotidien. Toutefois, après un changement rapide de fuseau horaire, ces cellules ne peuvent pas s’ajuster instantanément au rythme du nouveau fuseau horaire.

Les chercheurs ont incorporé l’activité de ces cellules dans un modèle mathématique. Or, elles ne suivent pas exactement un cycle de 24 heures, mais plutôt de 24,5 heures. Ces 30 mn supplémentaires sont suffisantes pour expliquer l’asymétrie entre les voyages vers l’est ou vers l’ouest. En effet, il est plus facile de se remettre d’un allongement de la durée d’une journée, lors d’un voyage vers l’ouest, que d’un raccourcissement de la journée, lors d’un voyage vers l’est.

Les cellules nerveuses qui contrôlent l’horloge biologique se trouvent dans l’hypothalamus, au niveau des noyaux suprachiasmatiques
Les cellules nerveuses qui contrôlent l’horloge biologique se trouvent dans l’hypothalamus, au niveau des noyaux suprachiasmatiques. © decade3d, anatomy online, Shutterstock

La lumière permet de caler les cellules de l’hypothalamus sur l’horaire

Pour un voyage vers l’ouest, la traversée de trois fuseaux horaires peut être récupérée en moins de quatre jours ; pour six fuseaux horaires, il faut environ six jours et pour neuf fuseaux un peu moins de huit jours. En revanche, pour un voyage vers l’est, pour récupérer de la traversée de trois fuseaux, il faut au moins quatre jours. Pour six fuseaux traversés, au moins huit jours de récupération sont nécessaires et pour neuf fuseaux plus de 12 jours !

Cependant il y aurait des différences entre individus : tout le monde n’aurait pas une horloge biologique réglée sur 24,5 h, comme l’explique Michelle Girvan, un des auteurs de l’article : « Certaines personnes peuvent avoir un rythme circadien naturel avec une période de 24,5 heures, tandis que d’autres peuvent avoir des rythmes naturels plus ou moins longs ». Ces variations entre individus expliqueraient que certains supportent plus ou moins bien le décalage horaire.

Un autre facteur à prendre en compte est la lumière du soleil. Pour que les cellules du cerveau reprennent un rythme cohérent par rapport à l’horaire du lieu, l’organisme doit être exposé à la lumière du jour. Ainsi, en arrivant dans un nouveau fuseau horaire, il est important d’être exposé correctement à la lumière : si c’est le jour, il faut s’exposer au soleil et si c’est la nuit il vaut mieux éviter les lumières artificielles, comme celles des écrans, afin que l’horloge biologique puisse s’ajuster plus facilement.

Les chercheurs espèrent que leur modèle pourra être utilisé par les voyageurs pour lutter contre le décalage horaire, ou jetlag en anglais. Par exemple, avant de traverser six fuseaux horaires vers l’est, il peut être judicieux d’avancer sa montre d’une ou deux heures quelques jours avant son départ.

Source

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close