espionnageinternet

Cybercriminalité : la France de plus en plus visée par les hackers

Symantec le spécialiste de la sécurité informatique a réalisé une étude au niveau mondial sur les plus gros problèmes de cybersécurité en 2015 et le moins que l’on puisse dire, c’est que la France a fait un important bond en avant, mais dans le mauvais sens. Notre pays est devenu une cible privilégiée pour les cyberdélinquants.

La France dans le viseur de la cybercriminalité mondiale

La France est passée de la 14ème place en 2014, à la 9ème place des pays les plus visés dans le monde par les cybercriminels. En tête des menaces les plus représentées en France, on retrouve les arnaques sur les réseaux sociaux dont nous parlions justement à l’instant dans cet article et les ransomware que nous avions aussi évoqués régulièrement ces derniers jours, avec Locky ou KeRanger par exemple.

Concernant le ransomware en particulier, en seulement 12 mois, la France a vu son nombre multiplié par 3,6 ! Notre pays est entré dans le top 5 des pays les plus ciblés par les malware cryptant les données pour obtenir une rançon. En 2015, 391000 attaques ont été recensées.

Autres tristes records dévoilés par Symantec dans son étude, les entreprises françaises ont été victimes de plus de 9,9 millions d’attaques réseaux. De plus, la France arrive à la 2eme place en Europe et au 4eme rang mondial concernant les arnaques sur les réseaux sociaux, avec plus de 300000 cas.

Avec toutes ces données, il convient de repréciser que les français doivent être plus vigilants car dans de très nombreux cas, une majorité en réalité, la faute incombe directement à l’utilisateur qui clique sur les liens vérolés. Tout un chacun véhicule l’image du comportement des français sur le web. Si les hackers constatent que les français sont crédules, il ne fait aucun doute que les attaques se multiplieront, faisant toujours plus de victimes au passage.

 

Related Articles

1 thought on “Cybercriminalité : la France de plus en plus visée par les hackers”

  1. 9,9 millions d’attaques réseaux visant les entreprises françaises… un chiffre à glacer le sang, d’autant qu’une étude NTT Com Security a permis d’établir qu’une entreprise française ne peut se remettre d’une telle agression que 9 semaines et quelque 773 000 euros plus tard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close