politique

Pour un député israélien, un Palestinien qui lutte contre l’occupation n’est pas un terroriste

Zouheir Bahloul, seul député arabe au sein de l’Union sioniste, a refusé d’utiliser le mot «terroriste» pour décrire le palestinien abattu par un soldat franco-israélien, après avoir tenté de poignarder un autre soldat. Tollé général.

Interrogé à la radio sur sa définition d’un «terroriste», Zouheir Bahloul a déclaré: «Je suis d’accord pour dire que toute personne qui ôte intentionellement la vie d’une personne qui marche dans la rue ou rentre du travail est un terroriste. Ce genre de personnes sont des assassins qui méritent les plus lourdes des peines».

 

Mais ensuite, à la surprise générale, l’homme a précisé que sa définition d’un terroriste comprend les personnes qui ont tué des colons, mais pas ceux qui attaquent les soldats.

Le membre du parti Union sioniste a déclaré que la façon dont les Israéliens définissent un terroriste est en soi un problème de base : «Tous ceux qui se battent pour leur liberté et leur indépendance est un terroriste aux yeux des Israéliens. Aux yeux du peuple, tous les Palestiniens qui se battent pour éliminer les injustices de l’occupation sont considérés comme terroristes … Ce mot devient trop récurrent et transforme tous les Palestiniens en terroristes».

Evoquant le Palestinien abattu par un soldat franco-israélien après avoir avait tenté d’en poignarder un autre et qui est actuellement détenu et poursuivi pour homicide volontaire, Zouheir Bahloul a déclaré : «c’est un meurtrier, je vous l’accorde, mais ce n’est pas un terroriste».

Un tollé au sein du parti travailliste

Aussitôt, le président de l’Union sioniste Isaac Herzog a réagi sur sa page Facebook en disant «rejetter et condamner» les déclarations du de Bahloul. «La position de l’Union sioniste est claire : un terroriste est un terroriste, et ce, qu’il tue des juifs ou des arabes».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a écrit sur son compte Facebook que la déclaration de Bahloul était «honteuse», ajoutant que les soldats de Tsahal sont «les protecteurs des israéliens et sont dévoués corps et âme à leur pays».

Allant plus loin encore, le ministre de la Science et de la technologie Ophir Akunis (du parti du Likoud) en a profité pour fustiger ses adversaires politiques en disant que les déclarations de Bahloul étaient le signe de la détérioration du Parti travailliste, le plus grand des deux parties qui composent l’Union sioniste, et «dont les fondateurs se sont battus pour la fondation d’Israël».

Le parti nationaliste du Foyer Juif a lui, déclaré que les travaillistes étaient en train de passer de sionistes à pro-palestiniens et que l’ancien ministre et leader travailliste Yitzhak Rabin devait «se retourner dans sa tombe».

Source

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close