politique

Obama: « Poutine n’est pas complètement stupide »

Dans une interview fleuve sur sa politique étrangère au cours de ses deux mandats, le président américain revient sur ses relations avec le président russe. Il explique notamment les raisons de sa faible opposition à Poutine sur la question de l’Ukraine.

« A la vérité, à chacune de nos rencontres, Poutine est très poli, très franc. » Dans un entretien-fleuve publié jeudi par la magazine américain The Atlantic, Barack Obama revient sur sa relation avecVladimir Poutine. « J’avais l’impression, écrit l’auteur de l’entretien, Jeffrey Goldberg, qu’Obama voyait Poutine comme quelqu’un de désagréable, de brutal et de limité ».

« Il est très préoccupé d’être perçu comme un pair »

Mais pour le locataire de la Maison Blanche, son homologue du Kremlin n’est pas particulièrement désagréable. Sa relation avec le dirigeant russe n’est pas celle que l’on croit habituellement. Les rencontres entre les deux hommes sont très professionnelles, assure-t-il.

e président russe accorde plus d’importance à ses relations avec les Etats-Unis que ce qu’imaginent la plupart des Américains. « Il est très préoccupé d’être perçu comme un pair, comme quelqu’un de prêt à travailler avec nous, poursuit Obama, parce qu’il n’est pas complètement stupide. Il comprend que la position de la Russie dans le monde a reculé de manière significative. Et le fait qu’il ait envahi laCrimée ou qu’il s’efforce de remettre Assad en selle n’en fait pas un acteur de premier plan. On ne le voit dans aucune de ces rencontres où sont prises les grandes décisions. Les Russes n’ont imposé leur agenda sur aucun des sujets importants des meetings du G20« .

L’Ukraine, un enjeu pour la Russie, par pour les Etats-Unis

Barack Obama minimise le rôle qu’il aurait pu avoir en Ukraine face à la politique de Moscou. « Poutine a agi en Ukraine parce qu’il voyait un Etat vassal échapper à son emprise ». Pour le chef de l’Etat américain, l’Ukraine est d’un intérêt primordial pour la Russie, par pour les Etats-Unis.

En conséquence, Moscou sera toujours prêt à faire monter les enchères sur ce pays. « L’Ukraine, qui n’est pas un pays de l’Otan, sera toujours vulnérable à la domination russe, quoique l’on fasse ».

 

 

source

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close