politique

Nicolas Sarkozy avoue le complot contre Gbagbo: «Pas question de laisser les colonies françaises d’Afrique avoir leur propre monnaie »

image

Le président du parti les Républicain, l’ancien président de la république Français, Nicolas Sarkozy, s’est à nouveau illustré dans des propos choquants pour des nombreux Africains ce mardi 5 janvier 2016 sur une chaîne de télévision française.

Lors d’une interview à BFMTV ce mardi 5 janvier 2016, il aurait expliqué que le meilleur moyen de préserver la bonne sante de l’économie française, c’était de maintenir le FCFA comme « la seule monnaie utilisable dans nos anciennes colonies en Afrique ».

« La France ne peut pas permettre que ces anciennes colonies créent leur propre monnaie pour avoir le contrôle total sur leur Banque centrale. Si cela se produisait, ça sera une catastrophe pour le trésor public qui pourra entraîner la France au rang de 20ème puissance économique mondiale. Pas question de laisser les colonies française d’Afrique avoir leur propre monnaie », dira Nicolas Sarkozy
Les hommes politiques africains n’ont pas encore réagi à ces nouveaux propos polémiques de l’ex-Président français. Nous attendons leur réaction.

Qu’est ce que le Franc CFA ?
Le franc CFA (franc des colonies françaises d’Afrique) est le nom de deux monnaies communes à plusieurs pays d’Afrique constituant en partie la zone franc d’Afrique centrale (CEMAC) et la zone franc d’Afrique de l’Ouest (UEMOA). En Afrique, les zones franc constituent des espaces monétaires et économiques. Ces ensembles, formés d’États et de territoires, sont issus de l’évolution et des transformations de l’ancien empire colonial français et d’États qui n’étaient pas des colonies françaises comme le Cameroun et le Togo (d’abord colonies allemandes), la Guinée équatoriale (espagnole) et la Guinée-Bissau (portugaise). Après l’accession à l’indépendance, la plupart des nouveaux États sont restés dans un ensemble monétaire homogène, dont le cadre institutionnel a été rénové et qui a été structuré par un système de change commun. Leurs devises sont des contre-valeurs à parité fixe avec l’euro, dont la valeur est garantie par le Trésor public français, dans le cadre du traité de Maastricht.

Comment fonctionne le Franc CFA ?

Le principe 4 est le plus technique. D’abord, il faut préciser que la banque de France ouvre d’une part un compte pour chaque banque centrale (Un pour la BCEAO et un pour la BEAC), d’autre part un compte pour chacun des états membres des zones.
Voila comment cela fonctionne : lorsqu’un pays de la zone CFA exporte vers un autre pays que la France, il récolte des devises qui alimentent la Banque Centrale considérée. Et cette banque Centrale a alors obligation de transférer sur son compte ouvert à la Banque de France au moins50 % de ses rentrées de devises. (A la création des zones CFA, la règle était 100 %, puis une première réforme en 1973 a ramené l’obligation à 65 %, puis 50 % depuis 2005).
A ce jour donc, c’est la Banque de France qui gère 50 % des devises des pays des zones franc. Si par exemple, vous exportez des vêtements vers les USA à partir du Cameroun, pour un montant de 50000 USD, 25000 USD devront être transférés par la BEAC à la Banque de France.
En pratique, la Banque de France place les devises présentent sur les comptes principalement en obligations d’état émises par la France et d’autre part ces devises sont utilisées pour racheter du CFA qui en vertu du principe de libre transférabilité vu plus haut a tendance à revenir vers la France … On voit alors les banques centrales africaines, racheter leur propre monnaie avec leurs propres devises afin de maintenir le taux de parité vis-à-vis de l’Euro …
Enfin, il faut préciser que les instances de gouvernance et d’exécution de tout ce système (Conseil d’Administration, de surveillance, …) incluent des représentants de l’état français qui possèdent un droit de veto et qui sont payés pour préserver les intérêts de leur pays (Ce qu’on ne saurait leur reprocher par ailleurs).

source

Copyright © 2015-2016 Le Pouvoir Mondial

Related Articles

6 thoughts on “Nicolas Sarkozy avoue le complot contre Gbagbo: «Pas question de laisser les colonies françaises d’Afrique avoir leur propre monnaie »”

  1. C’est vraiment humiliant ce que vous faites contre nous .Nous sommes des personnes libre ayant le droit de dire un mot sur ce qui concerne nos pays de quels droits vous vous insinuer dans nos affaires nous ne sommes pas vos boulets arrêtez avec cela .ON VEUT PRODUIRE NOTRE PROPRE MONNAIE .vraiment les français ……. .pourquoi les anglais laissent leur anciennes colonies se développe mais pas vous j’ai vraiment honte d’être ce que l’on appelle les anciennes colonies françaises

  2. Trop facile de tjrs accuser ces pauvres Français qui, Dieu les préserve eux qui essayent de survivre ds cette mondialisation de requins, ne font qu’appliquer à des cons des règles que n’importe quel individu sérieux, ne s’y engouffrerait sans avoir fait le tour de la question. Qu’on le veuille ou ps, il est peut être venue l’heure de voir les choses de notre pt de vue à ns, celui des masses, et non de celui de nos dirigeants encore plus cupides les uns après les autres, et prêts à ttes les alliances les plus invraisemblables possibles,pr rester aux commandes de façon éternelle, au détriment des masses, qui ds le cas d’espèces, n’ont que leurs yeux pr pleurer et les claviers pr frapper dessus.
    Aller, un peu de courage, changeons de discours et prenons simplement un peu notre destin en main. Quand bien mm on aurait une arme sur la tempe, ceux qui perdront le plus ce sont nos fameux leaders et leurs affidés, l’essentiel des masses leur survivra et se trouvera des dirigeants, le moment venu, à la hauteur de ses attentes réelles. Fatigué de ts ces grabataires qui se prennent pr des prophètes investis d’une mission et prêts à mettre leur peuple à sac sous le fallacieux prétexte que sans eux ns seront que coe des enfants sans parents, perdus et laissés à l’abandon sur notre berceau après notre naissance.
    Les puissances que ns admirons aujourd’hui et desquelles nos dirigeants se revendiquent pr la plupart, ont ttes a un moment de leur évolution, du s’émanciper de leurs mentors. Nul n’est ici besoin de revenir déçu, il convient juste de rappeler que pr exister disait César, il faut tuer le père.
    A bon entendeur.

  3. Arrêtons de pleurer et de toujours accuser la France.
    La France veut pérenniser sa survie économique à travers ses ex colonies.
    Elle ne va accepter mécaniquement la mort du franc cfa au profit d’une autre monnaie indépendante.
    On pourra peut être remplacer le « cfa » par autre chose à la convenance des pays de l’uemo et de la cemac sans déranger le mécanisme traditionnel du trésor français.
    Il revient aux pays de la zone cfa de prendre leurs responsabilités et d’en tirer toutes les conséquences.

  4. C’EST Normal que la France préserve ses intérêts en Afrique. Comme les dirigeants africains sont eux même élus par les français; ils n’ont aucun pouvoir de réagir car eux même sont harcelés par chantage par la France. Si vous n’obéissez pas, vous ne gagnerez pas la prochaine élection Présidentielle ou il y ‘aura coup d’État sur vous ou on fournira les armes aux rebelles…….. Aucun des présidents Africains ne peut malheureusement pas tenir tête à la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close