politiqueterrorisme

Erdogan refuse de combattre Daech tant que Bachar al-Assad est au pouvoir

image

La turquie n’entre pas dans l’créée à Bagdad, une coalition au sein de la Russie, de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie, car «ne reconnaît pas la légitimité du régime au pouvoir à Damas». Surce, a déclaré samedi dans une interview stations de télévision Al-Arabiya le président turc Recep Tayyip Erdogan.

«La russie, l’Iran, l’Irak et la Syrie ont formé une coalition pour lutter contre l’organisation terroriste «etat Islamique» et nous ont proposé d’entrer en elle. Cependant, la Turquie a refusé, j’ai dit au président de la RUSSIE Vladimir Poutine, que je ne peux pas s’asseoir à côté avec la tête de la mode (le président b. Assad), la légitimité dont je ne reconnais pas», — a déclaré le leader turc.

Selon Erdogan, il est extrêmement préoccupé par la situation en Syrie et en Irak, ainsi que «la menace d’une scission du Moyen-Orient basée sur le principe». «Ce complot, vous devez résister», a — t-il.

Erdogan a exprimé l’espoir que «les différends avec Téhéran n’a pas d’influence sur les relations de bon voisinage à deux états». «Notre source de l’islam, et toutes les difficultés à surmonter, pour le monde islamique est devenu plus fort», dit-il.

En parlant de soldats turcs en Irak, a déclaré m. Erdogan, qu’ils sont là pour la formation des irakiens et arrivèrent sur la demande des autorités irakiennes. «Quand les islamistes sont allés en Irak, les irakiens ont demandé notre aide, et nous avons dit que nous étions prêts. Nous leur avons demandé de définir l’emplacement de l’installation de notre base et ils l’ont fait. Tout a commencé en mars de l’année dernière, en mars, nous avons été placés». (Cité par RIA «novosti».)

La Syrie depuis mars 2011, le conflit armé se poursuit, à la suite de laquelle, selon les NATIONS unies, a tué plus de 220 millions de personnes. Les forces gouvernementales affrontent les détachements de combattants appartenant à différents groupes armés. Les plus actifs sont les militants extrémistes armés, «etat Islamique» (IG, également ДАИШ, est interdite en Russie) et «Джебхат en-Нусра».

La russie, la Syrie, l’Iran et l’Irak à la fin de septembre ont créé à Bagdad, le centre d’information pour la coordination de la lutte avec le groupe terroriste de l’IG. Les principales fonctions du centre sont devenus la collecte, le traitement, la compilation et l’analyse des données actuelles sur la situation dans la région moyen-orient dans le contexte de la lutte avec les militants, distribution de l’information sur la destination et vive par le transfert de sièges sociaux de ces pays.

source

Copyright © 2015 Le Pouvoir Mondial

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close