politique

Belgique: une filière irakienne de trafic d’êtres humains démantelée

image

La police judiciaire fédérale (PJF) de Bruxelles a démantelé une bande de trafiquants d’êtres humains. Il s’agissait d’une organisation irakienne active sur le territoire belge, ayant des liens avec la France et le Royaume-Uni, où ses victimes étaient transportées.

Six personnes ont été appréhendées et mises à la disposition des autorités judiciaires. L’enquête se poursuit au niveau international, a indiqué vendredi la police fédérale.

Plusieurs mois d’enquête à Bruxelles

L’enquête, menée par la division trafic et traite des êtres humains de la police judiciaire fédérale de Bruxelles, a débuté le 18 juillet dernier. Six personnes en séjour illégal dont quatre Iraniens, un Palestinien et un Syrien, selon leurs affirmations, ont été interceptées dans deux camions, dont un camion réfrigérateur. Interrogés, les chauffeurs ont déclaré avoir passé la nuit à hauteur du parking de Grand-Bigard en direction de la mer du Nord.

Une organisation internationale irakienne

L’enquête a rapidement mené à une organisation irakienne active sur le territoire belge ayant des liens avec la France et le Royaume-Uni. Le groupe opérait à partir de Bruxelles et utilisait les parkings de Grand-Bigard (E40) et de Rotselaar (E314) pour ses transports clandestins d’illégaux dans des conditions inhumaines et dangereuses. Chaque victime payait aux passeurs une somme de 1.500 euros. Les suspects, essentiellement de nationalités irakienne et afghane, étaient dirigés par d’autres suspects depuis le Royaume-Uni. Ils avaient déjà été actifs comme trafiquants dans les camps du Nord-Pas-de-Calais. 

Des criminels issus du flux migratoire, difficiles à localiser

A la fin du mois d’août dernier, les enquêteurs ont constaté que le camp de tentes pour demandeurs d’asiles, installé devant l’Office des étrangers à Bruxelles, était utilisé comme lieu de rencontre et de recrutement de candidats voyageurs. Certains suspects y ont d’ailleurs résidé temporairement. Etant eux-mêmes en séjour illégal, leur identification ne fut pas facile à établir. Ils étaient par ailleurs très mobiles, changeant fréquemment de lieu de résidence et voyageant entre la Belgique, la France et le Royaume-Uni. Une première tentative d’intervention, planifiée pour le 28 octobre dernier, a été annulée durant la nuit compte tenu l’absence de plusieurs suspects.

Le principal suspect traqué durant trois semaines

Un suivi permanent durant trois semaines a permis l’arrestation d’un des principaux suspects lors d’une observation effectuée le 17 novembre dernier. Cette interpellation a rapidement été suivie d’une nouvelle intervention après une série d’observations. Le 20 novembre dernier, sept perquisitions ont été effectuées et cinq nouveaux suspects mis à la disposition des autorités judiciaires. 

A la suite du signalement international lancé par la Belgique, un premier suspect a déjà été arrêté au Royaume-Uni. Il sera prochainement remis à la Belgique et d’autres arrestations ne sont pas à exclure.

source

Copyright © 2015 Le Pouvoir Mondial

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close