À LA UNEpolitiqueterrorisme

Le Qatar n’aime pas que l’Egypte se défende face à l’Etat Islamique

image

Suite à la publication d’une vidéo montrant l’exécution de 21 coptes égyptiens, l’armée de l’air égyptienne a mené des raids contre les forces de l’Etat islamique en Libye.

Le Qatar, qui désapprouve fortement ces bombardements, a décidé de rappeler son ambassadeur au Caire pour consultations. Les qataris reprochent avant tout à l’Egypte de ne pas avoir consulté les autres pays arabes avant d’intervenir en Libye. De son coté,Tarek Adel, le délégué égyptien auprès de la Ligue Arabe, a déclaré qu’en émettant des réserves sur un projet de résolution arabe soutenant « le droit de l’Egypte à la légitime autodéfense et à mener des raids contre des organisations terroristes », « le Qatar a révélé son soutien au terrorisme ». Par ailleurs, les monarchies du Golfe ont apporté leur soutien au Qatar.

Il faut savoir que les relations tendues entre le Qatar et l’Egypte ne datent pas d’aujourd’hui. Par exemple, en janvier 2014, le ministère égyptien des Affaires étrangères avait convoqué l’ambassadeur du Qatar pour protester contre les critiques de Doha concernant la répression des Frères musulmans depuis la destitution du Président Morsi en juillet 2013.

Si le pouvoir égyptien a banni les Frères musulmans, c’est tout bonnement parce qu’il les considère comme une « organisation terroriste ».

Mais face à la position des autres pays arabes, qui avaient décidé de soutenir la politique du Président Abdel Fattah al-Sissi, le Qatar s’était senti obligé de les rejoindre à la fin de l’année 2014.

Mais on voit qu’à la première occasion, le Qatar trouvera toujours la moindre petite excuse pour empêcher l’Egypte de se défendre face à l’Etat Islamique.

Combien de preuves comme celle-ci faudra-t-il encore à nos politiques français pour qu’ils avouent enfin que le Qatar est bien du coté des islamistes, et qu’il les finance fort probablement ?

Car si le Qatar condamne très régulièrement les actes terroristes des islamistes, s’il affirme combattre l’extrémisme et a rejoint la coalition contre l’Etat islamique, la divulgation de rapports du département d’Etat américain prouve bien que l’émirat, par l’intermédiaire de grosses fortunes du pays, finance l’Etat islamique.

Par ailleurs, Fabrice Balanche, maître de conférences à l’Université Lyon 2 et directeur du Groupe de Recherches et d’Etudes sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient, ne dit pas autre chose lorsqu’il déclare que le Qatar, contrairement à l’Arabie Saoudite, se montre très accueillant à l’égard des frères musulmans.

En France, il y a bien sur le fan numéro 1 de cet émirat depuis le premier voyage de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, à Doha, en décembre 2005

Depuis cette date, l’ancien Président s’est lié d’amitié avec le Premier ministre qatari, Hamad ben Jassem al-Thani, au point de l’avoir reçu tous les mois lorsqu’il était à l’Elysée. Pour faire quoi ?

C’est durant le quinquennat Sarkozy que le Qatar est entré dans le capital de plusieurs groupes du CAC 40.

C’est aussi lui qui a fait pression sur les dirigeants du PSG pour l’offrir au Qatar.

C’est toujours grâce (ou à cause) à Sarkozy que le Qatar est devenu un médiateur important de la diplomatie française au Proche et au Moyen-Orient.

A se demander si ce n’est pas le Qatar qui lui a demandé d’enlever la police des quartiers difficiles ?

Et la guerre en Libye, n’était-ce pas pour permettre le chaos actuel ?

On peut tout supposer d’un homme politique aussi proche du Qatar.

Et dire que certains souhaitent son retour. Pauvre France.

Alors qu’on aurait pu espérer un changement de cap avec l’arrivée de François Hollande au pouvoir, là aussi le changement ce ne fut pas maintenant.

Il faut dire que l’ambassadeur du Qatar en France, Mohamed Jaham al-Kuwari, avait bien préparé son affaire en multipliant les contacts avec des personnalités socialistes comme Ségolène Royal, Laurent Fabius, Elisabeth Guigou, Jack Lang, Bertrand Delanoë, Martine Aubry, Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg, et aussi Manuel Valls.

Honnêtement, nous savons très bien que tous ces gens, mais aussi des Villepin, Rachida Dati, Hervé Morin et beaucoup d’autres, qui sont prisonniers de leur relation avec Doha, n’avoueront jamais, et ce même si on leur mettait les preuves sous le nez, que le Qatar est un allié des islamistes qui font couler le sang sur le sol français.

Le Qatar vient injecter son argent dans notre économie, il s’offre également toutes les compétitions sportives qu’il veut, il se permet de payer des joueurs de football des fortunes.

image

Le Qatar est généreux, très généreux, trop généreux….. pour être honnête.

Nous étions fiers de sortir dans la rue le 11 janvier dernier pour montrer aux islamistes que nous étions là pour défendre nos valeurs. Mais si c’est pour aller applaudir le PSG le week-end suivant, si c’est pour souhaiter le retour à la tête de la France de celui qui est à l’origine de la trop grande place du Qatar dans notre pays, si c’est pour lui permettre d’y faire des conférences en remerciements du tapis rouge qu’il lui a déroulé sur notre sol, si c’est pour demain l’entendre hurler « je suis fier qu’on m’appelle Sarkozy le qatari », comme il osa le faire en 2007 à propos de l’Amérique, ce n’était pas la peine.

Car oui il faut combattre le terrorisme, il ne faut rien céder sur la laïcité, mais c’est à nos dirigeants de ne pas pratiquer un double-jeu, comme le fait également Fabius lorsqu’il affirme que le Qatar ne finance pas le terrorisme.

Lutter contre l’Etat Islamique, c’est aussi à nous de le faire, en choisissant des politiques qui se montrent intransigeants à l’égard des pays qui le finance. Et c’est surtout en mettant au rebuts ceux qui par leurs compromissions ont permis que la France soit aujourd’hui sous la menace terroriste.

image

Source: agoravox.tv

Copyright ©Le Pouvoir Mondial

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close