À LA UNEhistoire

Un musulman chinois à découvert l'Amérique avant Christophe Colomb

La thèse, controversée, selon laquelle un explorateur chinois aurait « découvert » l’Amérique 70 ans avant Christophe Colomb est contenue dans un livre volumineux écrit dont la version française vient de sortir: « 1421, l’année où la Chine a découvert l’Amérique », par Gavin Menzies, un ancien commandant de sous-marin dans la Royal Navy.

Ce qui est acquis, c’est que Zheng He, un eunuque Hui (musulman chinois) du Yunnan, nommé amiral de la flotte impériale par l’empereur Zhu Di (Yong Le), de la dynastie Ming, aura été, il y a six siècles, le premier grand explorateur maritime moderne. A la tête d’une flotte impressionnante et au cours de sept grands voyages, il a franchi le détroit de Magellan 70 ans avant l’explorateur portugais, a longé la côte orientale de l’Afrique, a visité l’Indonésie, Singapour

image

C’est l’analyse des cartes qui a conduit l’auteur à conclure que Zheng He, et pas Christophe Colomb, avait « découvert » l’Amérique. Il raconte dans son ouvrage qu’il a découvert un jour une carte vénitienne de 1424 comportant des éléments géographiques précis sur Porto Rico et la Guadeloupe théoriquement inconnus à l’époque.

La Chine disposait des bateaux et de l’expérience nécessaires

Conclusion de Menzies: « un seul pays disposait à cette époque des ressources matérielles, des connaissances scientifiques, des vaisseaux [voir en vignette ci-dessous le navire amiral de Zheng He comparé à celui, bien plus modeste, de Christophe Colomb] et de l’expérience de la navigation requis pour une telle expédition. C’était la Chine ». Un problème: après les grands voyages de Zheng He, un changement politique amena la Chine à se replier sur elle-même, à renoncer à s’ouvrir au monde et à s’y implanter à l’image des Européens quelques décennies plus tard. « Vers le milieu du XV° siècle, pratiquement toutes les cartes et tous les documents datant de cette période avaient été détruits par les autorités de la Cour impériale chinoise elles-mêmes, à la suite d’un revirement de leur politique extérieure ».

image

Gavin Menzies a même ouvert un site internet, www.1421.tv, sur lequel des centaines de personnes apportent, dit-il, leur contribution à cette recherche mondiale d’indices du passage des explorateurs chinois.

En revanche, ce qui est sûr, c’est que la carte Kangnido, réalisée en Corée en 1402 (en combinant deux cartes chinoises plus anciennes datées de1330 et 1370 et depuis perdues) décrit la totalité de l’Ancien Monde, de l’Europe et l’Afrique, jusqu’à la Corée et le Japon à l’est, avec une Chine  surdimensionnée au milieu. Cette carte date d’un temps qui précède les Grandes Découvertes européennes, et même apparemment les voyages du grand amiral chinois Zheng He

image

Principales régions du Monde décrite par la carte Kangnido. 
La carte décrit de façon très détaillée l’Empire de Chine, ainsi que la Corée et le Japon, même si les positions relatives des trois pays ne sont pas exactes

image

Details de l’Afrique, de l’Europe et du Moyen-Orient.

À l’ouest, la péninsule arabique, l’Afrique et l’Europe sont assez correctement dessinées, bien que ces aires continentales soient montrées plus petites qu’elles ne le sont, comparativement à la Chine. La Méditerranée est particulièrement clairement dépeinte, tout comme la péninsule Ibérique, l’Italie et l’Adriatique. Il y a plus de cent noms pour les seuls territoires européens, dont Alumangia (le mot latin Alemaniapour Allemagne).

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close